3 filles, 3 trousses de toilettes !

Mi-juillet, je suis partie en vacances à la Côte d’Azur où plusieurs amies m’ont rejoint. On s’est dit que ce serait une chouette idée que chacune décrive sa trousse de toilette pour avoir une idée des essentiels à emmener en vacances ! Qu’on parte en voiture, en train ou en avion, on n’emporte pas la même chose, et pas dans les mêmes quantités !


M. ou l’attirail de la parfaite blonde décolorée :

Les basiques :

  • Dentifrice – Sensodyne
  • Gommage – & Other Stories
  • Eau de mousse micellaire – Nuxe (pour nettoyer sa peau quotidiennement, c’est important)
  • Crème anti-dessèchement, anti-irritation – La Roche-Posay (hydrater sa peau quotidiennement avant de se coucher et plus particulièrement, après une exposition au soleil)
  • Soin rehydratant antidessechement, visage – Mixa (pour hydrater quotidiennement son visage pour une peau fraiche et lisse. À appliquer le soir avant d’aller se coucher de préférence)

Cheveux :

  • Soin sans rinçage à la grenade – Klorane (afin de protéger les cheveux (dé)colorés du dessèchement et des UV)
  • Apres-shampoing crème à la grenade, cheveux colorés – Klorane (poser quelques minutes après un shampoing pour ressourcer ses cheveux)
  • Masque à la cire de Magnolia – Klorane (laisser poser 30-60 minutes avant son shampoing, technique extra !)
  • Shampoing – Ice Blond (utiliser un shampoing sur deux et laisser poser en fonction du résultat souhaité)
  • Masque hydratant pour cheveux colorés – Furterer (laisser poser une nuit entière avant de se laver les cheveux au matin)

Soleil :

  • Vitamine E – Solenium Intense (1 pilule par jour pour favoriser le bronzage)
  • Protection solaire pour les lèvres – La Roche-Posay
  • Spray solaire pour les cheveux – Furterer (mettre sans modération sur tout type de cheveux)
  • Shampoing solaire – Furterer (particularité : nettoie du chlore et du sel et, peut s’utiliser dans l’eau de mer !)



H. ou le nécessaire de toilette idéal pour un bagage Ryanair :

Les basiques :

  • Lotion anti-moustique
  • Crème hydratante pour peau sensible et très sèche – Le Petit Marseillais (visage et corps) Question de survie !
  • Shampooing et après shampooing – Schwarzkopf (dans des mini pots de voyage dimension réglementaires pour voyager en cabine)
  • Deo – Sanex
  • Bloc de savon nature – Le Petit Marseillais
  • Gant de crain – acheté chez Di

Ses petits plus : 

  • Spray protection solaire indice 30 – L’Oreal Paris (Bronzage idéal, je l’a recommande)
  • Neurophen 400 (pour les lendemains de… Vous voyez quoi)
  • Trousse à ongle – achetée chez Di
  • Vernis, soin et blanchissant – Ecrinal
  • Essuie de voyage – Decatlon (très fin donc peu encombrant dans une valise. Très pratique quand on voyage avec Ryanair)

Make-up : 

À utiliser en cas de sortie nocturne, uniquement !

  • Mascara, Extreme volume – Maybelline New-York
  • Eye-liner, Feutre noir – Di
  • Crayon, noir – Hema
  • Crayon, vert pépite – Bourjois
  • Anti-cernes, beige mat – Yves-Rocher
  • Rouge à lèvres mat – Kiko


Moi ou celle qui emporte toujours trop :

Les basiques :

  • Une brosse à cheveux (je me brosse avant de me laver les cheveux, pas après. Sinon j’ai les cheveux plats)
  • Shampooing, cheveux fins – Korres (marque chouchoute)
  • Mon gel exfoliant énergisant pour le visage – Garnier
  • Démaquillant pour les yeux – Garnier
  • Crème hydratante, skin active, Hydra Bomb – Garnier
  • Déodorant, Natur protect’ – Sanex (je l’aime beaucoup)
  • Dissolvant – Diadermine (je déteste son odeur, je ne sais pas pourquoi c’est celui-là que j’ai acheté)
  • Un rasoir – Venus
  • Un coupe-ongle (je suis une adepte, je ne supporte pas de me limer les ongles)
  • Spray protection solaire indice 20 – Avène

Mes plus :

  • Crème hydratante, Derma Spa, Summer Revived – Dove (attention de bien se lever les mains après l’application sinon on a les paumes et le contour des ongles orange)
  • Gel douche, Lipikar surgras – La Roche Posay (c’est une crème de douche anti-dessèchement, elle permet d’hydrater la peau)
  • Huile minceur, cellulite infiltrée – Nuxe (petit chouchou de l’été)
  • Mes deux pinces à épiler, celle pointue est idéale pour les poils incarnés

Make-up :

J’ai emporté mes classiques.

  • Ma poudre de teint – BE, Créative Make-up (avec la chaleur c’est plus agréable qu’un fond de teint liquide. En plus, comme on bronze, elle permet simplement d’unifier le teint)
  • Mon blush chéri – Too Faced
  • Blush Sculpt – L’Oreal Paris (un peu de contouring)
  • Mes pinceaux
  • Mes rouges à lèvres mat du moment (présenter ici)
  • La palette The Nudes – Maybelline New-York (elle est top mais je ne l’ai pas utilisée)
  • Les essentielles pour les yeux : mon crayon brun – Yves Saint-Laurent, mon mascara Iconic – Diorshow, eye-liner master precise – Maybelline New-York, crayon à sourcils – Sleek
  • Anti-cernes, accord parfait – L’Oreal Paris


J’espère que cela vous aidera à préparer votre trousse de toilette pour vos vacances !

D’ailleurs, vous prenez quoi en vacances, vous ?

D’ailleursEnregistrer

Americanah

En Amérique, le racisme existe mais les racistes ont disparu. Les racistes appartiennent au passé.


Si vous ne deviez lire qu’un roman cet été, sans aucun doute je vous dirais de lire Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie. Il fait un peu moins de 700 pages, donc il vous prendra du temps.

Pour ma part, je l’ai dévoré en une semaine de vacances.

On suit la vie d’Ifemelu et d’Obinze, leurs histoires personnelles respectives et leur histoire d’amour qui traverse trois continents. Ils ont grandi au Nigeria entre la classe moyenne et les privilégiés. Suite à des grèves à répétitions qui touchent les universités, Ifemelu obtient son visa pour les États-Unis d’Amérique. Elle est acceptée à l’université de Philadelphie. Entre choc culturel et adaptation, elle découvre l’existence de sa couleur. Sa différence et l’enjeu qu’elle représente. Les difficultés qu’elle apporte et sa position sociale.

Ce livre permet de se rendre compte de l’enjeu que représente la race, de sa position de blanc dans un pays occidental et de vouloir la remettre en perspective.

Le racisme ordinaire existe et est-ce que j’y participe ? De manière inconsciente et presque innocente, sans faire de vague. Non, je ne suis pas raciste. Mais je vis dans un monde qui l’est. Sans en donner l’intention. Sans se faire remarquer. À peine perceptible, la différence de race existe toujours et fait intrinsèquement partie de la norme. Et c’est là que c’est dangereux car fourbe.

Aux Etats-Unis, on apprend que peu importe son importance ethnique, si on n’est pas blanc, rien n’est « pire » que d’être noir. Et là encore, on distingue noir afro-américain et non-américain. Dans une université, les professeurs demandent de ne pas utiliser le terme « nègre » dans les commentaires à propos d’un film qui traite de l’esclavage. Comme si, ne pas dire le mot enlevait toute la signification. Tout est une question de contexte et non de syntaxe.

Ce livre permet de conscientiser cela, de se poser les bonnes questions et d’avoir envie d’y être attentif pour ne pas participer à ce jeu « inoffensif ». Pour qui ? Pour moi, pas pour l’autre, encore et toujours victime de cette différence. Moi, quoiqu’il arrive j’aurai toujours les bonnes cartes pour tirer mon épingle du jeu et justifier que je ne suis absolument pas raciste, sans avoir besoin à utiliser l’argument « ma colocataire est noire, je ne peux pas être raciste ».

Alors je dis stop. Je ne sais pas si je fais partie de ces gens qui sans en avoir l’air participe à perpétuer ce racisme perfide. Mais je décide que je ne veux pas. Et, je compte bien y faire attention.

C’est à ça qu’on reconnaît les grands livres. Tout en lisant un roman au bord d’une piscine, l’air de rien, j’ai appris une des plus belles leçons de vie: la tolérance. La vraie, celle inébranlable. Celle que rien ne vient perturber. Celle qui ne voit que l’être humain.

Janis, cette féministe

Hier soir, j’ai rencontré Janis. Vous la connaissez peut-être aussi, d’ailleurs ?

590x874_janis-le-documentaire-sur-janis-joplin-bientt-en-salles

C’était une femme libre, follement libre. Sans port d’attache, toujours sur la route, en quête d’amour, d’elle et des autres. Elle a quitté son Texas trop stricte afin de s’émanciper des codes et suivre son amour pour la musique. Elle voulait devenir elle-même et être enfin aimée pour ça. C’était une femme qui croquait la vie et tant pis si elle se brûlait les ailes. Elle préférait vivre intensément une courte vie que de vivre à moitié une vie entière. C’était une femme avec un talent fou, une voix qui vous transperce les tripes.

Le documentaire Janis réalisé par Amy J. Berg raconte la success-story de la chanteuse de Rock N’ Blues. Janis Joplin était une artiste et une femme incroyable. Ses anciens compagnons de route le racontent, non sans émotions. Elle a laissé une marque indélébile car elle était pionnière. Même vulnérable, sa force de caractère transparaît.

Vous verrez des images incroyables de Janis et vous la verrez comme vous ne l’aviez jamais vue. Janis n’était pas jolie mais, ses amis témoignent d’une femme sexy. Sa liberté était son atout beauté. Elle avait l’air d’être de ce genre de personne qui rend tout plus lumineux autour d’elle et ce malgré sa propre noirceur. La drogue, l’alcool, l’amour, le besoin d’être connue et reconnue.

Si vous avez envie de rencontrer une femme qui vivait contre son temps, moderne, sensible et forte. Si vous avez envie de vous replonger dans une époque d’effervescence culturelle où, dans un monde artistique, l’inégalité des classes, des sexes et des « races » n’existaient pas, foncez voir Janis au cinéma Aventure. Le cadre se prête parfaitement à un film comme ça. Je vous recommande d’accompagné votre séance d’une petite bière achetée au bar, ça vous mettra dans l’ambiance des années 60 – 70.

Grâce à Arsene 50, les places sont à 5,50€ ! D’ailleurs, si vous avez envie de profiter de réductions pour faire une activité culturelle  allez visiter leur site internet. Les ventes sont ouvertes à partir de 14h00 pour un spectacle ayant lieu le soir-même, en fonctions des places disponibles. Ils privilégient les personnes qui se rendent sur place, Rue Royale 2-4 à 1000 Bruxelles (au comptoir BIP du mardi au samedi), dès 12h30 jusque 17h00.