City of Stars

img_0310

Oui, je sais. Déjà lundi je vous postais un article culturel mais, je ne tenais plus. Je suis excitée de vous parler de La La Land de Damien Chazelle, cette pépite. Un peu comme si mon anniversaire, Noël et l’invention du chocolat tombaient le même jour dans le calendrier.

Pour vous ambiancer, cliquez ici et laissez vous porter par la musique

Ce film est un bijou. Les couleurs, le jeu d’acteur, le montage, les plans, la musique, les sons, l’histoire et tout le reste est pure magie.
Dès la première scène, on rentre dans l’histoire. Et on comprend le ton. On va assister à quelque chose d’unique. Nostalgie, danse et humour se mêlent pour nous raconter une histoire d’amour intemporelle. C’est d’ailleurs pour ça qu’on a sans cesse cette impression de regarder un film tourné le siècle passé, que ce soit à travers le ton, les costumes ou la musique. Et puis, une sonnerie de portable nous ramène brusquement à notre époque et dans sa modernité. Et c’est en jouant avec la temporalité que cette histoire gagne en universalité.

C’est le troisième film qu’Emma Stone et Ryan Gosling tournent ensemble et le duo fonctionne toujours aussi bien.

Pour les sceptiques du concept de la comédie musicale, je vous le dis, vous pouvez y aller sans craintes. Toutes les scènes ne sont pas une immense chorégraphie. Les parties musicales se mêlent et se fondent parfaitement dans le film. Elles viennent apporter un peu de romantisme, d’humour et de légereté. D’ailleurs, la musique est une grande part de la réussite de ce film. Tout son est musique, que ce soit le bruit du vynil qui tourne, le café qui coule, le bruit des talons sur le sol, le « bip bip » des clés d’une voiture, tous les sons servent à la bande sonore. Et ce n’est pas étonnant quand on sait que plusieurs des films de Damien Chazelle parlaient aussi de la musique en général et du jazz en particulier. J’en profite pour vous conseiller de voir Whiplash, avec Miles Teller et J.K Simmons, qui est plus sombre mais tout aussi incroyable.

Damien Chazelle a réussi le pari fou de nous faire revivre une comédie musicale. Mais le film n’a pas d’âge, il n’a pas d’époque.
Les plans sont magnifiques. J’aime la manière dont le film est tourné. Les couleurs sont superbes et les effets de caméra apportent beaucoup à la mise en scène.

Pour les nostalgiques des grandes comédies musicales, vous serez servi. La musique transporte et les mélodies restent en tête. Les deux personnages principaux incarnent cette classe et cette grâce qu’avaient les acteurs des films de cette époque.
Et pour ceux qui tiennent plutôt ce genre de film en aversion, laissez vous surprendre. La musique est parfois kitsch mais jamais ringarde. Le jazz a ce coup de génie de savoir être intemporel car pouvant s’adapter à plusieurs autres influences musicales. Et puis le dialogue et le rapport homme-femme sont actuels.

Pour ceux qui sortiraient l’argument qu’on utilise en dernier recours quand on n’a pas d’argument. Vous voyez ? Mais si, la phrase qui vous fait l’effet d’un coup de massue, à chaque fois, le « mais c’est un film de filles ». Parce qu’il est bien connu que l’amour, la musique et la force de rêver, envers et contre tout, ne regarde que les filles. Et bien sachez, chers lecteurs masculins, que j’ai été voir le film avec mon frère et mon cousin, tout ce qu’il y a de plus virils, et qu’ils ont adoré. Sur le chemin du retour, on sifflotait tous les trois comme de parfaits imbéciles heureux. En se disant, qu’on retournerait bien le voir, encore une fois.

Antigone

telechargement-1

Jeudi soir, je suis allée voir Antigone de Sophocle au théâtre du Parc. La pièce est chorégraphiée et mise en scène par José Besprosvany. Oui, car dans un élan de modernité, danse et jeu se mêle afin de servir le texte et de bouleverser le spectateur.

Et je peux vous dire que j’ai été bouleversée.

Dans un premier temps, par l’actualité du texte.

Antigone se rebelle contre l’édit d’un monarque absolu, Créon, qui l’empêche d’offrir à son frère une sépulture dans la pure tradition des dieux. Créon la condamne à la mort. Le peuple se soulève. Antigone meurt. Le roi s’entête dans sa décision étant persuadé d’être juste. À n’avoir voulu écouter personne, il perd son fils et sa femme.

L’histoire on la connait tous. Pour la plupart, on l’a étudié en français à l’école. À l’époque, c’était un vieux texte, poussiéreux, que nous n’aimions pas avant de l’avoir lu. Probablement, à cause de son caractère obligatoire qui ne nous permettait pas d’apprécier son message. Sales morveux.

Bien-sûr, ici le texte est magnifiquement adapté et permet de créer le débat. Et il est important d’échanger après une pièce comme celle-là.

Antigone et Créon sont radicaux, intransigeants mais ne défendent pas les mêmes valeurs. Antigone incarne la Foi et le fanatisme religieux, alors que Créon, totalitaire, agit comme un tyran.

Le débat n’est pas de savoir qui a raison, ils ont probablement tous les deux torts d’ailleurs. L’important est de comprendre leur radicalité et de la remettre en question, quelle que soit la force derrière le combat.

Au niveau de la mise en scène, la danse apporte une émotion particulière et porte le message de la pièce. José Besprosvany est, d’ailleurs, avant tout un chorégraphe.

Malheureusement, je trouve que le jeu et la danse ne se rejoignent pas assez. Créon et Antigone paraissent isolés du reste de la troupe. Bien que cela permette de symboliser leur opposition face aux autres personnages, cela oppose un peu les deux disciplines. Le sort réservé à Antigone engendre le soulèvement du peuple, mais elle n’interagit pas eux, ou trop peu. D’ailleurs, elle n’est pas assez présente. Toutes ses interventions sont justes et bouleversent. Mais, on reste sur notre faim, on en veut plus.

Le personnage du messager est une vraie bouffée d’air frais. Il permet de prendre de la distance, et donc du recul, face au drame de la pièce car il apporte une touche de comédie. Il fait rire. Et c’est bon quand le sujet est intelligent.

J’ai vraiment passé un bon moment dans un théâtre splendide (je voulais le mentionner). J’ai aimé Antigone, les comédiens et les danseurs. J’ai adoré que jeu et danse se mêlent. J’ai adoré que le texte soit mis en musique tel un slam. Je regrette seulement qu’Antigone et Créon n’y prennent pas part.

L’avant dernière scène, nous laisse dans une émotion brute. Les danseurs rassemblent leurs dernières énergies afin de nous livrer un message magnifique. Et je crois que j’aurais aimé que la pièce se finisse là. Je ne suis pas rentrée dans le personnage de Créon. J’aimais qu’il ait un air de ministre, ça apporte encore plus d’actualité à la pièce. Mais, je n’y ai pas toujours cru.

J’ai envie de vous dire d’aller voir cette pièce. Entre amis ou en famille. Emmenez vos jeunes frères et sœurs ou cousins. Ou vos grands-parents. Allez-y avec des personnes avec qui vous aimez discuter, échanger, vous disputer et vous réconcilier.

C’est pour cela qu’il est important d’aller au théâtre, d’ailleurs. Pour se rappeler de s’aimer et de se tolérer davantage.

Pour toutes les informations de réservations, cliquez ici

Un an

Julia,
Petite merveille, mini cocotte
Un an que tu es arrivée
Nous démontrant que le coeur est élastique

C’est magique,
Sans prendre la place de quiconque et
Sans aimer moins quelqu’un
Simplement l’agrandir un peu
Beaucoup même

Il y a plus d’un an,
J’honorais ma mère et ma sœur avec une orchidée
À jamais gravée dans ma peau
Il y a plus d’un an,
À travers elles, je rendais hommage à toutes ses femmes
Connues ou non
Que j’admire pour leur combat
Tu n’étais alors qu’un bourgeon
Annonçant la nouvelle génération

Voilà un an maintenant
Que tu mènes ton petit chemin
Ta propre vie
Tu grandis, déjà trop vite

Voilà un an maintenant
Que ma sœur est devenue maman
Et c’est émerveillée que je la vois épanouie
Comme une évidence,
Maman, elle l’était depuis toujours

Une maman endormie
Qui n’attendait que toi
Une maman en puissance
Qui se réalise avec toi

Avec tes parents comme alliés
Tu te hisses sur tes petits pieds encore boudinés
Des chutes il y en aura
Mais des dizaines de paires de bras avec toi
Tu ne tomberas jamais bien bas

Je te souhaite des rêves plein la tête
Des rires, des expériences et des bêtises
Je te souhaite de te tromper pour mieux apprendre
Sois curieuse
Je te souhaite ce que tu veux
Et de l’obtenir

Joyeux anniversaire ma Ju 💛

img_1664