Mes petites réflexions

À sept années près*

Salut Tita,

Excuse-moi cette familiarité mais, on se connaît bien. Mieux que ce que tu crois. Pour la faire courte, disons que je suis toi à 7 années près.

Ces derniers temps, mes vieux démons de fainéantise refont surface et ça m’énerve, comme tu le sais.

Alors bien sûr, tu vas penser que je frime car, évidement, la situation n’est pas aussi dramatique que celle dans laquelle tu es. Mais, tu as quand même bien foutu la merde.
J’aimerais te demander d’être plus courageuse. N’arrête pas de combattre cette fâcheuse tendance à abandonner avant de commencer. C’est en te défiant toi-même que tu accompliras ce dont tu es le plus fière.
Le pire, c’est que tu es têtue. Donc, au lieu d’utiliser ce qui te reste de sens pour te détourner complètement de ton échec, tu continues ta route et tu ne demandes jamais de l’aide. Pire encore, tu mens à tes proches (à comprendre ta maman) en leur disant que tout va bien.
Autant te prévenir, des premières années à l’université, tu en feras 3. Et tu ne choisiras pas toi-même d’arrêter, non, ça serait trop facile. L’université t’enverra un courrier te demandant subtilement de laisser tomber en t’empêchant de te réinscrire.
Et parlons franchement, tu seras au fond du trou.

Comme si j’avais eu besoin de toucher le fond pour mieux rebondir. Pour enfin me poser les bonnes questions.

J’aimerais te dire de te bouger les fesses, de te poser ces fichues questions et de quitter l’ULB mais, je ne serais pas où j’en suis. Oui, tu connais la règle du flashforward. Pour être celle que je suis aujourd’hui, tu ne dois rien toucher au passé. Du coup, je te préviens seulement que ça va être difficile, c’est tout. Tu peux me dire merci, c’est gentil.
Je sais que c’est lâche de te demander d’échouer encore pour me permettre de réussir. Mais détenant la vérité sur ton futur, crois-moi ça vaut le coup.

Je pense que même si, à l’heure d’aujourdhui, je me déteste toujours autant de ne pas savoir me mettre au boulot, ça pourrait être tellement pire. Je pourrais ne m’être jamais remise en question.

Et sans cette dernière, je ne pense pas que j’aurais pensé au métier que je fais aujourd’hui. Tu as cru que je te dirai de quoi il s’agit. C’est mal nous connaître, je sais que tu prendrais la solution de facilité. Et j’ai besoin que tu galères encore un peu. J’ai besoin que tu touches le fond pour travailler sur ta confiance en nous pour ne plus être cette petite fille qui doute et complexe. Pour ne plus être celle que tu es, à 7 années près.

Merci de t’accrocher pour moi, pour nous. Grâce à tes échecs, tu vas apprendre à te connaître. Tu trouveras enfin ta voix dans laquelle tu cartonneras. Et tu pourras prendre ta revanche sur l’ULB…

Hum hum. Je me dois d’être honnête avec toi sur ça aussi. Cette revanche s’avèrera être plus difficile à prendre que prévu. Tu rencontreras encore un petit lot d’emmerdes qui te compliquera la vie. Comment les éviter ? Ravie que tu te le demandes.
Arrête de les mettre sur ta route !

Aussi simple que ça, ou toujours, aussi compliqué.

Je t’embrasse quand même, emmerdeuse.

 

*Exercice réalisé dans le cadre d’un atelier d’écriture du Coin Bleu. Le principe était d’écrire une lettre à nous-mêmes, quelques années plus tôt.

Publicités

3 réflexions au sujet de « À sept années près* »

  1. Quelle lucidité ! !mais seulement maintenant tu es près ,très près de la fin d’une étape …fait un programme comme une liste ,ne réfléchis …pas trop et vas y fooooonce

    Aimé par 1 personne

  2. Ma toute petite (grande) chérie,Ton texte m’à terrrrriblement émue, je me doutais bien que tu étais très profondément enfouie, très, plus même.Oui tu es paresseuse, Oui tu prends certaines choses à la légèreOui tu te juges peut être un peu sévèrement, avec une certaine justesse, mais ne reste pas trop longtemps au fond, cela ne t »apportera RIEN , rien qui t’aidera à remonter,Et remonter, il est temps d’y pense, de te battre, qd tu le veux, tu pourras.Tu es si intelligente, si sensible, si capable, tu l’as si souvent prouvé.Moi, tu vois, je CROIS en toi, je sais que tu sortiras de ce moment personnel un peu plus difficilement, et que dans quelques années, tu riras dde bon coeur, et nous, nous sourirons doucement mais surtout avec BEAUCOUP, d »amour pour cette petite fille qui a eu un peu difficile de trouver le bon, le juste chemin qui la mènera vers le bonheur et la réussite.Je t’aime ma chérie, garde confiance en toi, tu le vaux mille foisTa Mamie qui est près de toi

    Envoyé depuis mon appareil Samsung

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s