Journal d’une confinée – Jour 13

30 mars 2020.


Dirty Dancing 1 & 2. Le journal de confinement d’Anna Apter sur Instagram. Le one-line-drawing.


Oui j’ai changé de titre car le mot CONFINEMENT commençait à me faire l’effet d’une petite agression. Au lieu de calmer mon anxiété, l’écrire chaque jour la réveillait, faisait remonter une boule dans ma gorge et me serrait la poitrine.

Je ne suis pas sûre du mot confinée non plus mais il me paraît plus doux, plus facile à relativiser et à mettre en perspective.

Et j’ai besoin de ça, sortir de mes angoisses et prendre le dessus. Je n’écrirai probablement pas tous les jours car très honnêtement, il n’y a rien à dire tous les jours. Ils se ressemblent tous.

C’est simple ils continuent leur vie sans demander leur reste, laissant derrière eux un vide un peu plus grand à chaque fois.

Alors afin de calmer mes névroses, je décide en ce lundi 30 mars de prendre cette expérience différemment. Cela fait plusieurs jours que j’y réfléchi mais, en bonne maniaque obsessionnelle que je suis il était important pour moi de prendre ce tournant un lundi.

Et lundi c’est aujourd’hui.

Aujourd’hui, je me fais la promesse solennelle que ça ira. Pas tous les jours, ni toutes les heures mais ça ira. Je me promets d’être douce avec moi, de prendre soin de moi, de trouver du positif tous les jours et de rire. Même seule.

Je promets de combler les silences par de la musique, de combattre l’ennui avec du dessin, de la lecture, des films, des séries et avec tout ce que l’on a à notre disposition virtuellement ou non.

Je me promets de continuer ma recherche d’emploi, même si c’est difficile par ces temps troublés.

Je me promets de lâcher prise.

De moins regarder les infos, de lire avant de dormir, de manger à ma faim, de descendre et monter les 5 étages au moins une fois par jour, de sortir marcher tous les deux jours, de ne pas trop couper ma frange, de ne mettre que des pantalons amples pour ne pas culpabiliser, de faire un peu de sport régulièrement, de continuer d’écrire ici quand le cœur m’en dit, pour que ça me fasse du bien, de ne pas penser à mes 30 ans avant le 15 avril, on verra bien assez tôt comment je les fêterai, de continuer d’appeler un proche au moins une fois par jour, d’arrêter de dire que ça va si ça ne va pas, mais ne pas rester dans cette situation, de faire des choses qui m’apaisent, me construisent, me donnent la sensation d’avoir accompli quelque chose, relativiser, de faire des exercices de respiration tous les jours, de mettre du déodorant tous les jours, laisser trainer un peu de vaisselles sales, juste de temps en temps, prendre le soleil, de continuer de danser en cuisinant, d’écrire des histoires que j’invente, de voyager avec l’esprit.

Et ça ira bien comme ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s